Créer son propre meuble en bois avec LaBoutiqueduBois.com (3/4)

créer son propre meuble en bois : partie 3

Cet article est la troisième partie d’une série consacrée à la création et la réalisation de son propre meuble en bois avec l’aide de laBoutiqueduBois.com.

 

Après avoir abordé ensemble la phase de conception ainsi que la phase d’approvisionnement, nous nous attaquons aujourd’hui à la phase d’assemblage et de montage avec toujours pour fil rouge le témoignage photo de la réalisation originale de Pierre-Olivier : un meuble d’entrée en bois tout droit sorti de son imagination.

meuble d'entrée en bois

Partie 3 : Assemblage et montage du meuble

Désormais en possession des plans du meuble, des panneaux de bois mis à dimension et du matériel nécessaire, vous allez enfin pouvoir mettre la main à la pâte. Moment de vérité, le niveau de difficulté de cette phase d’assemblage et de montage du meuble dépendra bien entendu de la complexité de votre projet mais également du temps de réflexion préalablement alloué à la phase de conception.

 

Chaque projet étant unique, c’est à vous seul que revient le choix de la méthode d’assemblage à utiliser. Bien que nous abordions ici les différentes méthodes d’assemblage bois pour créer un meuble, vous devez déjà connaître celle(s) que vous allez utiliser depuis la phase de conception. En effet, la conception d’un meuble (et donc ses dimensions) ne sera pas la même selon les techniques d’assemblages utilisées.

 

Avant d’entamer le travail d’assemblage et de montage, nous vous recommandons fortement d’effectuer des marques et repères sur le bois, afin de ne pas faire d’erreurs. Cela étant dit, voici les principales méthodes d’assemblage du bois :

 

Les assemblages par pièces rapportées visibles

Cette première méthode consiste à utiliser une pièce de quincaillerie comme un clou ou une vis (à privilégier) pour assembler deux morceaux de bois ensemble. On parle d’assemblage visible car la pièce servant à assembler les deux morceaux de bois est introduite par l’extérieur, ce qui rend son extrémité (la tête) visible de l’extérieur.

assemblage à pièce visible

Plutôt que de nous attarder sur cette technique généralement maîtrisée par tous, nous vous proposons de retrouver toutes nos astuces sur ce type d’assemblage dans les articles suivants :

 

- Visser correctement dans du bois

- Choisir la bonne vis à bois

- Comment visser dans un endroit difficile

- Visser dans du bois dur

- Comment enlever une vis récalcitrante

- Comment rendre une vis indévissable

 

- Clouer correctement dans le bois

- Choisir le bon clou

- Clouer une petite pointe sans s’écraser les doigts

 

Enfin, vous trouverez quelques techniques pour boucher les trous dans le bois en cliquant ici, ainsi que des bouchons cache vis prêt à l’emploi sur La Boutique du Bois.

 

Les assemblages par pièces rapportées invisibles

Plus esthétiques car invisibles de l’extérieur, ces techniques requièrent l’utilisation d’une pièce en bois venant assembler de l’intérieur les deux morceaux de bois ensemble.

assemblage à pièce invisible

Quelle que soit la forme de la pièce en bois utilisée (tourillons, lamelles), le procédé reste le même :

 

Etape 1) A l’aide d’une perceuse et d’un guide de perçage dans le cas d’un assemblage par tourillons (et d’une fraiseuse dans le cas d’un assemblage par languette), on va créer des trous borgnes dans chaque morceau de bois à coller, qui accueilleront chacun l’une des extrémités de la pièce en bois. Pour plus de détail sur le perçage, cliquez ici

 

Etape 2) Pour garantir la résistance de l’assemblage, on va imbiber la pièce faisant la jointure entre les deux panneaux de colle à bois, ainsi que les deux trous qui vont l’accueillir.

 

Etape 3) Il ne reste maintenant plus qu’à insérer la pièce au sein des deux trous et de bien serrer le tout le temps que la colle prenne.

 

Pierre-Olivier a utiliser cette méthode (tourillons) pour assembler certaines pièces de son meuble, comme on peut le voir sur les photos ci-dessous.

Assemblage par tourillons assemblage par tourillons

L’assemblage par tenons et mortaises

Indémodable, cette méthode d’assemblage est aussi bien utilisée en menuiserie qu’en ébénisterie. Cette technique ressemble fortement à celle précédemment étudiée sauf qu’elle ne fait pas appel à une tierce pièce pour fixer les deux morceaux de bois.

assemblage tenons et mortaises

Etape 1) On appellera mortaise l’entaille faite dans un des morceaux de bois visant à accueillir le tenon que l’on réalisera sur l’autre pièce. On utilise généralement un trusquin à deux pointes pour tracer la mortaise, en veillant bien à garder le même réglage qui servira pour tracer le futur tenon. Pour creuser la mortaise, on utilise traditionnellement un bédane mais il s’avère aujourd’hui plus facile d’utiliser une fraiseuse. Quel que soit l’outil utilisé, il est important de bien veiller à ce que l’épaisseur de la mortaise ne soit pas supérieure au tiers de l’épaisseur du panneau.

Etape 2) Le tenon peut se réaliser simplement à l’aide d’une scie. En gardant le gabarit de la mortaise précédemment réalisée, on va effectuer la découpe inverse afin de n’avoir plus qu’une languette s’emboîtant parfaitement dans la mortaise de l’autre pièce. Veillez à prévoir une marge de 2 à 4mm entre le longueur du tenon et la profondeur de la mortaise.

 

Etape 3) Après s’être assuré que l’emboîtement est optimal, on va pouvoir coller l’assemblage ou le cheviller. Vous trouverez de plus amples informations sur le chevillage dans cet article consacré à l’assemblage par enfourchement simple, un dérivé de l’assemblage par tenons et mortaises.

 

Les queues d’arondes

Réservés aux bricoleurs confirmés, les assemblages en queues d’aronde (qui doivent leur nom à l’ancienne appellation de l’hirondelle) se composent d’un tenon trapézoïdale dans l’une des pièce de bois et d’une rainure de même gabarit dans l’autre pièce. Extrêmement solide du fait de son emboîtement particulier, il est souvent utilisé dans la réalisation de tiroirs.

finished dovetail

Réalisable à l’aide d’une scie ou un ciseau à bois, l’angle de la queue varie selon les personnes, les coutumes ou le type de bois. Pour ceux que cela intéresse, vous trouverez toutes les informations dont vous avez besoin pour réaliser un assemblage à queues d’aronde dans cette vidéo.

 

C’est de cette technique que s’est inspiré Pierre-Olivier pour assembler le cadre de son meuble, en effectuant des queues à angles droits.

découpes de queues droites cadre du meuble

Les embrèvements

Il s’agit principalement de l’assemblage par rainures et languettes. Le principe est le même que celui de l’assemblage à tenon et mortaises, à l’exception que la longueur de l’assemblage équivaut à la longueur des pièces à assembler. Pour réaliser les rainures (mortaises faisant toute la longueur de la pièce) et les languettes, on utilise généralement une fraiseuse. Tout comme les tenons et mortaises, on utilisera de la colle à bois pour solidifier l’assemblage.

rainures et languettes

Notez également qu’il existe l’assemblage à rainure et fausses languettes, qui consiste à créer une rainure dans chaque pièce de bois et de les assembler via l’utilisation d’une baguette parfaitement contenue entre les deux rainures.

 

Le montage du meuble

Si cela est possible, nous conseillons fortement de commencer par un montage à blanc (sans assemblages définitifs) afin d’être sûr que tout s’emboîte à merveille. Pour arriver à vos fins, vous aurez entre autre besoin de serre-joints, de cales de protection et d’instruments de mesures afin de contrôler l’équerrage et la planéité de votre meuble.

 

Il n’est pas rare de devoir effectuer quelques ajustements de dernières minutes avant d’obtenir un meuble digne de ce nom. A ce sujet, Pierre-Olivier nous avoua que « Quelques sueurs froides ont accompagnées certaines phases d’assemblage, notamment vers la fin du montage, mais c’est à ce moment que je n’ai pas regretté les heures passées à dessiner mes plans et les contrôler car tout s’est ajusté à merveille ! ». On ne le dira jamais assez, la phase de conception est décisive dans la réussite de votre projet !

 

Une fois que, comme Pierre-Olivier, vous serez satisfait de votre meuble, vous pourrez passer à la dernière phase de la création de son propre meuble en bois : la finition (article à paraître).

 

Vos retours d’expériences

En attendant la parution de la dernière partie de cette série d’articles, partagez avec d’autres passionnés vos conseils, méthodes et astuces sur la réalisation de vos projets bois perso dans les commentaires !

PARTAGER CET ARTICLE :

Laisser un commentaire